mardi 30 décembre 2008

Une page se tourne...

Depuis quelques jours, une petite bombe secoue le monde du jeu d'histoire. Vae Victis, le magazine qui publie un wargame tous les deux mois depuis 14 ans va radicalement changer de formule. La ligne suivie fidèlement depuis le début du magazine ne suffit plus à pérenniser ce dernier. Le titre serait en effet dans le rouge depuis près d'un an.

On sait encore peu de chose sur l'avenir de Vae Victis. Ce qui est certain, c'est que les jeux en encart disparaîtront. La possibilité d'en mettre dans les deux hors-série annuels n'est pas encore acquise. Pour le reste, ça reste encore assez vague.

Certains prédisent déjà la mort de Vae Victis. Même s'ils vont un peu vite en besogne, la nouvelle formule n'étant pas encore arrêtée, c'est bel et bien une sacré page de l'histoire du jeu de simulation qui se tourne.

Aussi bien sur Strategikon, que sur l'Estafette, les commentaires vont bon train. Aussi bien sur les raisons du pourquoi on en est arrivé là, que sur les choses qui faudrait faire pour rebondir...

Ma réflexion

Dans tous les arguments avancés sur les forums et les camarades blogueurs (Sfameyr et Rapières et carabines) ce qui revient le plus souvent, c'est l'attitude un peu "autiste" de la minuscule équipe qui s'occupe de VV. Surtout quand on compare avec les rédactions des magazines américains qui sont très présent sur le net et n'hésitent pas à défendre leurs points de vue, ni à prendre en compte les points de vue de leurs lecteurs.

Peut-être une des raisons pour lesquelles les anciens lecteurs partent.

Je trouve également dommage que sur les 84 numéros de Vae Victis, il y ai eu aussi peu d'innovations (ludiques et graphiques). Les bons résultats des numéros contenant les deux Card-Driven Games de mon camarade quimpérois Florent Coupeau (Féodalité et les Deux Bretagne) semblent indiquer qu'il y avait là un très grand potentiel.

Peut-être une des raisons pour lesquelles les nouveaux lecteurs n'arrivent pas.

Mais bon... :-]

L'avenir

L'arrêt des encarts et le fait que Vae Victis soit passé à deux doigts de la cessation d'activité pure et simple va peut-être permettre à pas mal de monde de réagir. Il faudra sans doute quelques numéros pour voir ce que va donner le nouveau Vae Victis, qui est encore loin d'être mort (enfin... pas trop proche au moins). Personnellement, je resterai fidèle au magazine, comme j'était resté fidèle à Jeux & Stratégie et à Casus Belli.

Je ne suis pas sûr que ce soit un bon signe d'ailleurs... :-B

samedi 8 novembre 2008

Projets

Un petit projet que j'ai finalement mené à bien, c'est la blogoliste des pousseurs de pion. Il s'agit d'une simple page web qui compile les billets des blogs qui parlent de wargame. Sept blogs sont déjà intégrés à cette page, qui marche bien. J'en suis assez content. :-)

Télé Aliciane

Un autre gros projet, c'est celui de faire des vidéos régulières pour parler de wargames (entre autre choses). J'attendais l'arrivée de Pursuit of Glory pour commencer ce week-end avec une ouverture de boite filmée. Hélas, j'attends toujours le colis. Je vais être indisponible pendant deux semaines, donc le projet est reporté. Mais depuis le temps que j'en parle, deux semaines ce n'est pas grand chose...

En attendant, allez voir ici: http://aliciane.digenvez.net/tv/ J'ai réencodé les deux précédentes vidéos au format flash. Si vous avez des commentaires sur la qualité, n'hésitez pas !

Futures parties

Pour finir, quelques mots sur mes futures parties. Ce seront des parties en solitaire, sur des jeux prévu pour être joués en solo. Tout d'abord, Hornet Leader, la version GMT de 1991. Et puis The Peloponnesian War de Victory Games, aussi de 1991 (tiens, tiens...) Peut-être de futurs sujets pour mes vidéos ? ;-)


vendredi 19 septembre 2008

Fin des sessions estivales

Et voici la fin de cet été ludique avec Ewen (alias geronimo). Au programme cette fois: Guadalajara, de la série SCS de The Gamers, et le fameux Paths of Glory de GMT.

Déculottée en Espagne

Guadalajara simule une offensive des troupes italiennes sur la route de Madrid, défendue par les républicains et autres anarchistes et internationalistes. J'avais les Italiens (secondés par quelques Espagnols nationalistes). J'ai tout d'abord commencé par me tromper de route ! En effet, les Italiens ne pouvaient passer par la route principale que si une ville située sur le côté étaient prise. N'ayant pas bien lu les règles (la honte !) je m'étais engagé sur le route principale au lieu de prendre la petite route qui menait à la dite ville. Du coup mon adversaire a eu le temps de monter une ligne de défense avancée pendant que je me dépatouillais dans les embouteillages causés par les camions italiens. Ligne de défense que je n'ai pas eu le temps de franchir avant la fin de la partie.

Mais la défaite est venue à cause d'une autre erreur de ma part. Le théâtre des opérations est divisé en deux par une rivière. Cette rivière sépare les zones d'opération des Italiens et des Espagnols nationalistes. Ces zones sont impératives et aucune unité ne peut passer d'une zone à l'autre. Mais cette restriction ne s'applique en aucune manière à mon adversaire.

Une fois les quatre divisions italiennes bien embourbées sur leur rive, Ewen a fait traverser la rivière à une bonne partie de ses forces et a massacré les pauvres nationalistes que j'avais trop fait avancer. Victoire indiscutable de mon adversaire !

Guadalajara se révèle être un jeu de bonne facture. L'Italien doit bien planifier son avance pile poil (les règles d'embouteillage sont redoutables) et faire gaffe à ne pas être trop confiant avec ses Espagnols sur l'autre rive de la rivière. Le Républicain doit lui se méfier de la puissante artillerie italienne et bien choisir les endroits où il doit se battre. De nombreuses options et variations viennent prolonger la durée de vie du jeu. Bref, un bon opus de la série SCS de The Gamers.

Finir sur la Grande Guerre

Pour finir en beauté notre série de rencontres ludiques, nous avons déployé Paths of Glory. Le fameux « card-driven » de GMT. A moi les puissances centrales, à lui les Alliés.

J'ai promis à Ewan de bien insister sur le fait que sur ce jeu, il n'a vraiment pas eu de chance au dé. Comme peut en témoigner cette photo prise à la fin du premier tour:

Ewan, qui a déjà quelques parties de PoG à son actif a avoué n'avoir jamais vu autant de résultats favorables à l'Allemagne lors d'un premier tour. C'est lui-même qui boucla mes derniers mouvements pour procéder à l'encerclement complet de son armée. Sa situation étant si désespérée, qu'il abrégea lui-même ses souffrances... :-B

Nous avons alors recommencé une partie. Sans être aussi extrême que la courte première partie, la chance ne fut pas non plus du côté d'Ewan. Pour tout dire, je n'ai jamais été inquiété sur le front ouest. Mes seules sueurs froides étaient causées par le front russe. J'ai même atteint la marque des 20 PV (victoire automatique des puissances centrales) au milieu d'un tour (fin 1915 ou début 1916, je ne suis plus très sûr). Des avances couronnées de succès en Iraq et en Egypte sauva la mise des Alliés. Pendant toute la partie, je ne crois pas être descendu à moins de 15 PV.

Mais je n'arrivais pas non plus à revenir au score pour atteindre les 20 PV. L'empire Austro-Hongrois étant malmené par l'empire Russe... Jusqu'au moment où l'Italie entra en guerre. Début 1917, j'ai tiré une offensive obligatoire pour les Autrichiens en Italie. Sans grand espoir, j'ai mené cette offensive, qui a parfaitement réussie (merci les dés) ! Les Autrichiens ont alors déferlés sur la vallée du Pô et ont encerclés l'ensemble de l'armée Italienne stationnée dans les Alpes. La victoire était alors certaine. Une armée française fut dépéchée d'urgence en Italie, ce qui me permis d'envoyer une armée allemande. La chute de l'Italie (et de ses 7 PV) n'était plus qu'une question de temps !

Et puis, sans doute sous l'effet de l'énergie du désespoir, Ewen a frappé très fort... Sur le front de l'Est, il se trouve que j'avais oublié de placer un tout petit corps pour couvrir la frontière de la Roumaine (qui était aussi entrée en guerre). Il s'en est suivi ce formidable encerclement:

Le pire est que je m'étais bien dit de placer un corps à Cluj, mais j'ai oublié...

En tout cas « Game Over ». Sans la moindre troupe entre les Russes et les capitales des puissances centrales, la partie était finie pour moi...

On a enchaîné sur une nouvelle partie, en échangeant les rôles. C'est là que j'ai appris l'importance capitale de Chateau-Thierry:

Enfin bref... :-]

Conclusion

Paths of Glory est vraiment un excellent jeu. Equilibré et palpitant jusqu'au bout. La fameuse règle qui paralyse complètement les armées encerclées est dure, mais parfaitement justifiée pour reconstituer les stratégies de l'époque. Le problème étant quand même que dans la plupart des cas, même un joueur expérimenté finit toujours par faire une petite erreur qui causera un encerclement et par là même sa perte. Voir la révolution russe ou l'arrivée des Américains reste rare dans une partie de Paths of Glory. L'autre grande question est de savoir si ce jeu est une bonne simulation du conflit. Mais là, je n'ai pas encore le recul nécessaire pour répondre...

Nous avons alors terminé nos rencontres sur une nouvelle partie de Twilight Struggle, où en tant qu'Américain, j'ai subit le terrible rouleau compresseur russe avec une défaite automatique au tour 2. Là, j'ai appris le coup du coup d'état en Italie... Redoutable !

Le bilan de l'été

Cette série de rencontres avec Ewen a été particulièrement agréable, même si je n'ai pas beaucoup de victoires à mon actif... En tout cas, on espère bien recommencer l'année prochaine !

Note: vous pouvez allez voir dans la galerie les quelques photos prises pendant ces parties.

samedi 23 août 2008

Suite des sessions estivales

Voici la suite des aventures ludiques d'Ewen et moi. Deux après-midi qui furent consacrés à la fin de notre première partie d'Hannibal, d'une partie de Twilight Struggle, et d'une deuxième partie d'Hannibal...

Hannibal (première manche)

Après le rapide (et tellement agréable :-) ) découpage des pions du jeu de Valley Games, nous nous sommes donc plongés en pleine deuxième guerre punique. J'avais les Carthaginois, Ewen les Romains. J'ai fait rapidement passer Hannibal en Italie et la bagarre a commencé. La situation fut tendue et relativement équilibrée... Jusqu'au moment où mon adversaire joua un évènement qui me poursuivit jusqu'à la fin de la partie: "Hanno conseille Carthage". Cet évènement, qui empêche les troupes carthaginoises de quitter l'Afrique, fut joué au début de la partie (vers le tour 3 il me semble), et ressortit dans les mains du Romain immédiatement après chacune des deux remises en jeu du paquet de carte !

En clair, aucune troupe carthaginoise ne quitta l'Afrique de toute la partie ! Et vu l'accumulation des renforts, jamais le Romain ne se risqua en Afrique.

Autre coup dur pour moi: Hannibal fut tué au beau milieu de la partie ! Un grosse bataille perdue en Italie me priva de mon atout principal. Malgré mes efforts, le Romain n'eu aucun mal à conquérir l'Espagne et donc à remporter la partie au nombre des provinces controllées. Je ne restais maître incontesté que de l'Afrique.

Twilight Struggle (pourquoi tant de haine ?)

Nous avons continué dans la même famille de jeu avec un autre fameux "Card-Driven Game". Le décor étant cette fois la Guerre Froide. A moi l'URSS, à Ewen les USA. Twilight Struggle est un jeu qui reste très tendu du début jusqu'à la fin. J'ai pu rester en vie jusqu'au tour 6, ce qui est pas trop mal, étant donné le peu de cartes favorable que j'ai pu avoir entre les mains. Par exemple, le Pacte de Varsovie ne fut jamais établit, mon adversaire ayant réussi à se débarrasser de la carte qu'il avait reçue. Mais j'ai eu quelques satisfactions, comme jouer la carte de "scoring" d'Amérique Centrale au moment où j'avais la domination complète de cette région. Où encore le fait d'avoir contrôlé la France pendant presque toute la partie, Et d'avoir sérieusement ébranlé le controle US du Royaume-Uni (pas longtemps il est vrai).

Bref, un excellent jeu, plus jeu de plateau que wargame pour être honnête. Avec une situation tendue du tout début à la toute fin de la partie. Aucun temps mort, aucun répit. Si l'URSS ne gagne pas une confortable avance dès le début, il est très difficile d'aller jusqu'au bout. Mais au moins, il peut s'amuser à vendre chèrement sa peau !

A mon avis, un jeu à consommer avec une certaine modération cependant, à cause de cette tension permanente. Je ne ferais pas deux parties d'affilée (mais je ne pense pas que je serais souvent confronté à ce cas de figure ;-) ).

Hannibal (deuxième manche)

Puis vint la revanche de la Deuxième Guerre Punique. Cette fois j'avais entre les mains les destinées de la république romaine.

La première moitié de la partie s'est bien passé pour moi. Hannibal a passé les Alpes et a conquis la Gaule Cisalpine avant que je ne puisse éliminer les tribus gauloises alliées à Carthage. Malgré une série presque ininterrompue de défaites face à Hannibal, ce dernier n'a pas pu gagner d'autres provinces italiennes. Le sort me fut favorable en ne donnant pas aux Carthaginois les cartes évènements qui lui aurait permis de faire basculer les provinces italiennes. :-)

Avant l'arrivée de Scipion l'Africain, j'ai réussi à placer une armée consulaire sur une petite tête de pont en Espagne, profitant de l'absence du moindre général carthaginois. Scipion l'Africain est donc apparu en Espagne, prêt à faire un malheur dans ce pays. Et puis j'ai décidé sur un coup de tête de l'envoyer directement en Afrique ! A l'aide de quelques évènements favorables, j'ai pu menacer sérieusement le contrôle carthaginois sur les deux provinces numides. C'est à ce moment que j'ai vu une superbe opportunité. Pour rétablir la situation en Numidie, toute l'armée stationnée à Carthage a quitté cette dernière. Je n'ai pas hésité une seconde et j'ai envoyé Scipion l'Africain assiéger la capitale ennemie où il a pu marquer deux points de siège !

Mon adversaire a réagit promptement et a mis en marche son armée qui avait rétablit la situation en Numidie. J'ai fait faire à Scipion une interception qui lui a permis de livrer bataille en dehors de Carthage. La bataille fut épique... et perdue ! Pire, ne pouvant retraiter sur Carthage, toute mon armée fut anéantie, et Scipion tué ! (Et moi j'aurais tué mon principal général lors de mes deux parties ! :-O )

Mais le sacrifice de Scipion ne fut pas vain, puisqu'à Carthage le siège était encore maintenu par un petit point de troupes. A la première action qui suivit, une nouvelle armée, arrivée de Rome permit de conclure victorieusement le siège, et avec la prise de Carthage, la partie !

Ce n'est qu'une fois le jeu rangé dans sa boite que Ewen se rappela qu'on avait oublié d'appliquer un modificateur lors de l'interception décisive de Scipion l'Africain, et qu'en fait, cette dernière aurait du échouer... Et dans ce cas, si la bataille avait eu lieu à Carthage même, il est fort probable que la situation aurait été très différente...

Voilà qui atténue pas mal mon triomphe... ;-(

En tout cas, Hannibal se révèle comme étant à la hauteur de sa réputation. Des règles relativement peu compliquées, mais subtiles. Une situation relativement équilibrée où chaque camp a de nombreuses opportunités. Le seul petit point qui m'interpelle reste la résolution des combats qui fait plus penser à un système de jeu de plateau qu'à un système de wargame. Mais c'est sans doute ce qui fait que ce jeu est autant apprécié par tous les publics !

La suite ?

Les sessions estivales continuent, avec à l'horizon une partie de Guadalajara, le jeu de la série "SCS" de The Gamers.

A suivre...

mardi 12 août 2008

Sessions de jeu estivales

Ewen (alias geronimo sur Stratégikon) passe ses vacances du côté de Concarneau et me fait donc l'immense plaisir de passer certains de ses après-midi à la maison pour croiser le fer (de manière ludique).

Voici le compte-rendu de nos exploits...

Tunisia (échauffement)

Nous avons commencé par Tunisia, jeu de la série OCS, avec la version 4 des règles. L'échauffement s'est déroulé sur le scénario 2, retraçant sur trois tours les combats autour du col de Kasserine. J'avais les Alliés, Ewen l'Axe. au bout de deux tours, le scénario fut bouclé. La 10ème panzer s'est trop aventurée lors de son attaque sur Thélepte. J'ai pu l'encercler et contre-attaquer avec la 1ère division blindée US. La 10ème panzer perdit ses éléments blindés, réduisant à néant les perspectives de victoire de l'Axe.

Mais mon adversaire devait prendre sa revanche...

Stonewall Jackson's Way (initiation)

Ayant quelques heures à perdre, j'ai présenté à Ewen la série GCACW, avec le premier scénario de SJW. Nous ne sommes pas allés très loin, mais nous avons pu boucler deux tours, suffisamment pour qu'Ewen se dise qu'on pourrait se faire un scénario plus ambitieux dans un proche avenir. :-)

Tunisia (la revanche)

Nous sommes partis sur le premier scénario de Tunisia (The Race for Tunis) qui propose les deux premiers mois de la campagne dans le nord de la Tunisie. Cette fois j'avais pris l'axe, Ewen les Alliés. La partie s'est terminée subitement début décembre 42, quand les Alliés ont profité de deux tours de joueur consécutifs pour faire contourner mes positions à leur première division blindée US et prendre Tunis (que j'ai laissé sans défense, comme une buse :-/ ) puis Bizerte au cours de l'exploitation qui a suivit. Une contre-attaque désespérée sur Bizerte, effectuée avec les derniers restes de ravitaillement qui me restaient a échoué de peu.

Game Over... Sur cette photo, la situation un peu avant la catastrophe:

Cette partie a confirmé tout le bien que j'ai toujours pensé de la série OCS. Un système très plaisant à pratiquer, avec, certes, des "comptes d'épicier" à effectuer pour le ravitaillement, mais cet aspect est pleinement justifié à cette échelle. Par contre, c'est un système très exigeant où la moindre erreur peut se payer TRÈS cher :-] . Les subtilités sont nombreuses et il faut vraiment un minimum de pratique avant d'arriver à être performant.

Hannibal (à suivre)

Après le triomphe allié en Tunisie, nous sommes passé à un tout autre sujet en "punchant" mon exemplaire de Hannibal, le fameux "card-driven" réédité par Valley Games. Nous allons voir ces jours-ci ce que cela donne... ;-)

dimanche 20 janvier 2008

Bonnes résolutions

D'abord, je souhaite à tous mes lecteurs une excellente année 2008, ainsi qu'une bonne santé ! Important ça, la bonne santé...

Au jour de l'an, j'ai donc pris une bonne résolution. Jouer plus souvent. En effet, le bilan de l'année 2007 est assez pauvre. Voici la liste de mes parties de l'année dernière (parties solo exclues):

- Dixie - Bull Run (Columbia)
- Fontenoy 1745 (VV)
- Mémoire 44 (DoW)
- Stonewall in the Valley (AH)
- Twilight Struggle (GMT)
- Sword of Rome (GMT)

Je trouve que cela fait trop peu. Surtout comparé à la liste des mes achats (que je ne communique pas, parce que je ne veux même pas savoir). 8-O

Je vais donc participer à la rencontre organisée à Nantes le 16-17 février prochain. Au programme Stonewall's Last Battle (AH) et Talavera (The Gamers). De plus, je me suis un peu forcé à accepter une partie par correspondance sur Bismarck (Avalanche Press), module de la série Second World War at Sea.

Coulez le Bismarck Tirpitz !

C'est le scénario opérationnel n°9 qui a été choisi. J'ai pris les Alliés et mon adversaire (Mussipont) a pris les vils teutons. La partie est arbitrée par ungern. La situation est la suivante: quatre mois après la destruction du Bismarck, la situation se répète. Le Tirpitz, "sistership" du Bismarck, va tenter à son tour une sortie en Atlantique Nord (scénario uchronique, puisque historiquement le Tirpitz a été engagé dans la Baltique contre la flotte soviétique). Du côté Anglais, la situation est encore plus désespérée qu'avec le Bismarck. Il ne reste qu'un seul cuirassé et un porte-avion à la Home Fleet (les autres étant engagés en Méditerranée et en Extrême-Orient), de plus, les convois avec l'Union Soviétique (qui est en train de subir l'invasion nazie) commencent au large de la Norvège, et viennent s'ajouter aux convois de l'Atlantique Nord.

Mais depuis quatre mois, un nouvel acteur est arrivé sur zone: l'US Navy ! Une importante flotte américaine a en effet pris position en Islande. Et l'Allemagne a été prévenue que toute tentative de passage de corsaires allemands serait considérée comme un acte de guerre contre les USA. Pas moins de trois cuirassés et un porte-avion lourd montent la garde autour de l'île glacée. Et ils ont ordre de tirer à vue sur tout navire arborant la croix gammée !

La sortie du Tirpitz va donc entraîner les Etats-Unis dans la Seconde Guerre Mondiale avec trois mois d'avance. Déjà, deux cuirassés supplémentaires arrivent des USA accompagnés par le célèbre porte-avion Yorktown. De son côté, le Tirpitz ne peut compter que sur l'aide du cuirassé de poche Admiral Scheer, de quatre ravitailleurs dissimulés dans l'immensité de l'Océan Atlantique et des meutes de U-Boats.

Les forces en présences (photo prise avant mon déploiement définitif). Les grosses piles représentent les convois en mer, et la Home Fleet à Scapa Flow. Le Tirpitz et l'Admiral Scheer commencent au large de Bergen.

vendredi 14 décembre 2007

Livraisons de Noël: premières impressions

Voilà le résultat de la frénésie d'achat de Noël:

Et encore, j'attend encore le nouveau numéro d'Against the Odds, et The Habit of Victory... Mais il m'a semblé opportun de donner rapidement mes premières impressions sur les nouvelles pièces de ma collection. Donc, par ordre chronologique:

Case Blue (MMP)

Le monstre ! Dix cartes, plus de 3200 pions, près de 300 pages de règles, scénarios et autres tables. En le recevant, je me suis vraiment posé des questions sur ma santé mentale. Il y a là de quoi faire jouer une dizaine de joueurs pendant des années. Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire avec ça... 8-O

Hannibal - Rome vs. Carthage (Valley Games)

Voilà un jeu ayant une excellente réputation. Je me suis dis, pourquoi pas ? Et je ne regrette pas. Le matériel est superbe. En lisant les règles, j'ai même eu la bonne surprise de m'apercevoir que je les connaissais déjà ! Et oui, il s'agit du même système que Swords of Rome, que j'ai découvert lors de la récente manifestation de Quimper. J'ai hâte de l'essayer... :-)

Target Arnhem - Across Six Bridges (MMP)

Il s'agit du petit jeu d'initiation d'origine japonaise distribué gratuitement par MMP. Il est arrivé trop tard pour la manifestation de Quimper. Mais je ne suis pas certain qu'il s'agisse de l'outil idéal pour initier le grand public aux wargames. Il n'y a que deux pages de règles (tout de même écrites en petit), mais le système me semble pas spécialement simple. Il faudrait le tester en condition réelle pour en être sûr.

Vikings (Eurogames)

Ah ! La pièce finale de ma collection des jeux de la série Cry Havoc ! Enfin, pas tout à fait finale. En compulsant l'excellent site Cry Havoc Fan, je m'aperçoit qu'il existe encore 5 cartes, sorties en extensions à l'époque. Et puis le livret de scénarii supplémentaires. Et puis les versions anglaises des jeux. Et puis les nouvelles cartes imprimées par le site Cry Havoc Fan...

Bref, il y a encore de quoi faire.

Oui, et éventuellement, je pourrais aussi y jouer... Effectivement... :-P

Bismarck (Avalanche Press)

Encouragé par le camarade Mussipont, voici donc mes premiers pas dans la série Second World War at Sea (SWWAS pour les intimes). Je me suis bien préparé en me repassant le DVD de Coulez le Bismarck !, fameux film de guerre anglais des années 60.

Ma première impression est plutôt bonne. La partie "opérationnelle" est plutôt bien vue, avec entre autres bonnes choses la prise en compte de la consommation du combustible. La partie "tactique" est elle assez déroutante. Car on s'attend soit à un système abstrait (comme dans The Damned Die Hard), soit à un système détaillé (comme dans Amirauté). Or il s'agit là d'un système à la fois abstrait et détaillé... Et je comprend un peu mieux la réputation qu'il y a autour de cette série, puisque ni les amateurs d'abstraction, ni les amateurs de détails s'y retrouvent vraiment.

Mais j'y reviendrai bientôt, puisque je me lance dans ce jeu dans les jours qui viennent. Avec bien sûr le scénario de bataille n°3... :-B

Victory in Normandy (XTR)

Découvert au détour d'une boutique en ligne qui le propose encore, ce petit jeu de la mythique société XTR (celle qui coula parce qu'elle publia un jeu d'échec à la place d'un wargame dans son magazine) a une bonne réputation. C'est un jeu simple sur la campagne de Normandie entre le jour J et la libération de Paris. En plus, la carte inclut toute la Bretagne, pour laquelle existe même un scénario explorant un débarquement en terre bretonne. :-B

Une bonne surprise potentielle.

Imperium Romanum II (West End Games)

Cela a parfois du bon de faire de l'insomnie. On est tout seul à parcourir le forum strategikon, et à être témoin de la mise en vente d'Imperium Romanum II à 2h du matin. Cela m'a permis de me procurer ce jeu unique qui simule au niveau stratégique les guerres entourant l'expansion puis la chute de l'Empire Romain. Comme en plus je suis en plein milieu du visionnage de la saison deux de l'excellente série télé Rome... :-)

C'est du bon gros wargame à l'ancienne, mais avec un système relativement fluide et intuitif. Je suis très impatient de l'essayer ! :-B

Paths of Glory (GMT)

Je connais Paths of Glory, pour avoir fait une partie de test de Pursuit of Glory, le jeu qui reprend le système de ce premier sur le front de l'Empire Ottoman. Lysimachus (et d'autres) m'ayant dit de bonnes choses à son propos, j'ai profité de la solde de GMT (-50% !) pour me le procurer. Une valeur sûre, j'imagine.

The Burning Blue (GMT)

Excellente réputation pour celui-ci aussi. Un traitement très détaillé de la Bataille d'Angleterre. Beaucoup de tables et de "comptes" à tenir sur des formulaires, mais un résultat parait-il enthousiasmant. On verra bien. En tout cas, la matériel fait envie. :-)


Protège-cartes trouvés !

Après de minutieuses recherches sur la toile, j'ai enfin trouvé de quoi protéger les cartes d'Hannibal, de Chrononauts, de Respublica Romana et autres jeux de société. Allez sur eBay, et recherchez l'objet n° 290011262450. Si le lot de 120 paquets de 100 vous semble trop gros, contactez le vendeur. Il vous proposera très gentiment un lot plus raisonnable de 27 paquets de 100, pour 52 $, port pour la France compris.

Il s'agit à l'origine de protection pour les cartes téléphoniques, mais le résultat est excellent. Jugez plutôt:

samedi 1 décembre 2007

La frénésie des soldes !

Depuis quelques jours, je pète les plombs ! Je peux avancer quelques excuses, comme le cours Euro/Dollar particulièrement favorable, ou la période des soldes aux USA... Mais au final, le résultat est toujours là: ma collection continue à s'agrandir de manière irréfléchie...

Jugez plutôt: depuis une semaine, j'ai reçu, commandé ou précommandé Case Blue (MMP), Hannibal (Valley Games), Target Arnhem: Across 6 Bridges (MMP, bon, celui là est gratuit ;-) ), Vikings (Eurogames d'occasion), Path of Glory et The Burning Blue (GMT, que soit maudite leur promotion de 50%), Bismarck (module de la série Second World War at Sea d'Avalanche Press, remerciement spécial à Mussipont !), Victory in Normandy (XTR), 1805: Sea of Glory (GMT) et Crucible of Courage (MMP).

8-O

Je veux bien qu'en ce moment j'ai besoin de réconfort, mais quand même... :-]


Problème de protège-carte

Pendant la manifestation "A vous de jouer" à la MPT d'Ergué-Armel, j'ai testé les protège-cartes utilisés par Lysimachus pour Sword of Rome et ses divers jeux de carte à collectionner. Convaincu par cette pratique, je m'en suis aussi procuré pour protéger les cartes de mes "jeux pilotés par carte". J'ai ainsi équipé les cartes de Twilight Struggle. Résultat impeccable. Les cartes sont protégées et elle sont extrêmement facile à mélanger ! :D

Je viens de recevoir la magnifique réédition de Hannibal par Valley Games, et je voulais protéger de la même sorte les cartes de ce jeu. Problème: les cartes d'Hannibal sont au format "européen" (ou "bridge": 56 × 87 mm), au lieu du format US (ou "poker": 63,5 x 88,9 mm), généralement utilisé pour les CDG.

"Bon", je me dis, "Pas grave. J'ai d'autres jeux à ce format, comme Respublica Romana de Descartes, ou Chrononauts. Je vais acheter des protège-cartes à ce format."

Après quelques minutes de butinage sur la toile, c'est la stupéfaction: il n'existe pas de protège-carte à ce format ! 8-O

Ah si ! Une boutique en ligne coréenne en propose. Mais comme je ne lis pas le coréen... :-/

Il y a bien des protège-carte dit au format "Yu-Gui-Oh", mais ce n'est pas vraiment le bon format.

Bref, je suis coincé... :(

- page 2 de 6 -